Tous les articles par Adéla Šebková

AAC – Les sciences humaines et sociales face à l’imprévu

Une journée d’étude doctorale sera organisée par l’EHESS et le CEFRES portera sur le sujet : Les sciences humaines et sociales face à l’imprévu.

Date : 12 avril 2021 (9:30-19:00)
Date limite d’envoi des propositions : 15 mars 2021
Lieu : en ligne et au CEFRES
Langue : anglais

Encadrants : Michèle Baussant (CEFRES, CNRS), Falk Bretschneider (EHESS), Emmanuel Désveaux (EHESS), Jérôme Heurtaux (CEFRES), Pavel Himl (FHS UK), Claire Madl (CEFRES), Silvia Sebastiani (EHESS)

La crise sanitaire provoquée par la pandémie de la Covid-19 a jeté la terre entière dans une incertitude profonde et bousculé de manière radicale presque toutes nos habitudes. Cela vaut également pour le monde de la recherche. Confinements, restrictions de voyage, couvre-feux, fermetures de bibliothèques ou de lieux d’archives et autres mesures de mise à distance et de protection ont un impact direct et parfois brutal sur un grand nombre de projets scientifiques et notamment ceux de nombreux jeunes chercheuses et chercheurs qui sont engagés dans des contrats à durée déterminée. Cette situation nous amène par conséquent à nous interroger sur les manières dont disposent les sciences humaines et sociales d’affronter le bouleversement, l’inattendu et l’imprévu, et ceci dans deux directions :

(1) Il s’agit, d’une part, de poser la question de nos propres pratiques de recherche, c’est-à-dire des techniques et méthodes dont nous disposons – ou qui restent à développer – pour nous confronter à une réalité qui a brusquement changé. Que faire notamment face à l’arrêt brutal de l’accès à un terrain ou un dépôt d’archives (que celui-ci soit provoqué par la pandémie en cours ou par un autre événement imprévu) ? Comment réagir face à des conditions extérieures qui rendent impossible la réalisation d’un projet tel qu’il a été initialement prévu ? Quelles sont les opportunités offertes par les nouveaux moyens de recherche à distance, mais quels sont aussi les risques qu’ils comportent – et comment penser ces deux phénomènes ensemble dans une réflexion méthodologique à la fois lucide et productive ?

(2) Il convient, d’autre part, de poser la question des évolutions rapides qui peuvent toucher nos objets de recherche, conduisant parfois à les reformuler radicalement. Irruption d’un événement inattendu, inversion brutale du « cours des choses », l’histoire humaine abonde en guerres, révolutions, pandémies ou autres cataclysmes qui induisent à chaque fois un renversement plus ou moins complet des normes et des pratiques en cours dans les sociétés concernées. Comment analyser les effets de ces transformations sur les sociétés d’hier ou d’aujourd’hui, tant au plan collectif qu’individuel (ruptures biographiques, etc.) et rendre compte des formes de résistance et d’adaptation ? Comment penser ces disruptions, les réactions qu’elles provoquent et notamment les formes de résilience qu’elles font naître ?

Nous invitons tous les doctorants affiliés au CEFRES, à l’EHESS ou à une université tchèque intéressés par cette thématique à nous soumettre leur candidature qui comportera, en un seul fichier PDF, un CV (deux pages maximum) ainsi qu’une brève description de l’intervention prévue (1.500 signes environ, espaces compris). La journée sera organisée autour des exposés des jeunes chercheuses et chercheurs et de leur discussion par les encadrants et les autres participants. Elle proposera en outre un temps d’échange libre à partir des expériences individuelles faites en temps de pandémie mondiale. Merci d’adresser votre dossier d’ici au 15 mars 2021 aux adresses : falk.bretschneider@ehess.fr & jerome.heurtaux@cefres.cz

Pour plus d’information, contactez :

falk.bretschneider@ehess.fr

jerome.heurtaux@cefres.cz

Honore Banidje : recherche & cv

Honoré Banidjè est doctorant en histoire dans le département de Pédagogie de l’Université Charles à Prague.

Ses recherches portent sur « La construction nationale au Bénin (1894-1975) à travers le prisme centre-européen » et visent à comparer les processus nationaux entre les Etats africains, principalement le Bénin, issus des mouvements décoloniaux et les Etats « successeurs » du centre de l’Europe, en l’occurrence la Tchéquoslovaquie, nés de la dislocation des empires centraux.

Contact : honore.banidje(@)cefres.cz

Formation

  • DEA en Droit de la personne et Démocratie, Chaire Unesco (Université d’Abomey-Calavi)
  • Maitrise en Histoire Africaine contemporaine (Université d’Abomey-Calavi)
  • Brevet d’Aptitude au Professorat de l’Enseignement Secondaire (Université d’Abomey-Calavi)

Séminaire historique franco-tchèque – 2020

Le CEFRES a repris le partenariat avec l’Institut d’histoire tchèque de la Faculté des lettres (Université Charles de Prague) pour l’organisation d’un séminaire en histoire. Ce séminaire hebdomadaire, ouvert aux étudiants tchèques francophones etet français en séjour Erasmus, fait intervenir des chercheurs français autour d’un thème fédérateur choisi chaque semestre.

Date et horaires : le jeudi, de 9h à 12h30
Lieu : Faculté des lettres de l’Université Charles (nám. J. Palacha 2, salle 201). Jusqu’à la levée des restrictions sanitaires, le séminaire a lieu en ligne. Pour s’inscrire, contactez jaroslav.svatek(@)ff.cuni.cz
Langue
: français
Thème du 1er semestre 2020-2021 : Altérité

Présentation du séminaire Les sociétés face à l’altérité et la diversité

Le séminaire historique franco-tchèque et l’atelier en sciences historiques traitent chaque année d’une thématique transversale et interdisciplinaire. En 2020, il s’agira d’étudier comment les sociétés, dans des contextes historiques et culturels différents, font face, appréhendent, gèrent l’altérité et la diversité. Nous nous demanderons notamment, à travers l’examen de plusieurs cas, comment ont été considérés dans l’histoire les rapports entre les différentes religions (musulmans et chrétiens, protestants et catholiques, par exemple) mais aussi les rapports avec différentes « minorités » (religieuses, nationales, sexuelles et autres).

Plusieurs pistes de réflexion pourront être suivies sur :

  • Les catégories de l’altérité : Le fou, l’étranger, l’immigré, le réfugié, l’altérité infra-nationale ou extra-nationale, réélle ou imaginée ;
  • Les opérations de construction de l’altérité, de catégorisation et d’étiquetage, de marquage, de qualification et disqualification ;
  • Les dispositifs de gestion de l’altérité : édits de tolérance et dispositifs de coexistence religieuse, politiques migratoires et d’intégration, politiques de la diversité politiques d’exclusion, racisme d’Etat ;
  • Les réalités vécues de l’altérité : discriminations, racisme, stigmatisation, indifférence ;
  • Les conflits impliquant l’altérité : rixes, pogroms, conflits ethniques, génocides.

Programme

1er octobre 2020 Séminaire : Introduction au premier semestre

8 octobre 2020 Jaroslav SVÁTEK Rencontre des étudiants au CEFRES

5 novembre 2020 Fedora PARKMANN (Institut d’histoire de l’art de l’Académie tchèque des sciences / CEFRES) Altérité, rapports de classe et photographie

12 novembre 2020 Michèle BAUSSANT (CEFRES) Étrangers sans rémission et exilés des mondes coloniaux : une approche comparative (Algérie-Égypte) 26 novembre 2020 Bernhard STRUCK (St. Andrews University / Associate at CEFRES) La Prusse avait -elle une histoire atlantique ou comment écrire une histoire globale de 1772 ? Réflexions sur l’Europe moderne dans une perspective transnationale

3 décembre 2020 Adrien BEAUDUIN (CEU / CEFRES) Normalité et altérité dans le discours du parti Liberté et Démocratie directe (SPD) de Tomio Okamura en République tchèque

10 décembre 2020 Maria KOKKINOU (CEFRES / Université Charles) C’est qui l’Autre ? Réflexions du point de vue anthropologique

7 janvier 2021 Test de fin de semestre (interrogation du séminaire et de l’atelier)

Voir plus d’informations sur le site de la Faculté des lettres.