Les hommes et femmes de l’extrême-droite parlementaire polonaise et tchèque

« We defend the normal world! » : Les hommes et femmes de l’extrême-droite parlementaire polonaise et tchèque.

1ere session du Séminaire interne du CEFRES 2023.
Par la présentation de recherches en cours, l’objectif du Séminaire du CEFRES est de soulever et de soumettre à la discussion des questions de méthodes, d’approches ou de concepts, dans un esprit pluridisciplinaire, permettant à chacun de croiser ses propres perspectives avec les travaux présentés.

Lieu: Bibliothèque du CEFRES
Dates: Mardi 7 février 2023, 16h30 – 18h
Langue: Anglais
Contact: cefres[@]cefres.cz

Adrien Bauduin (CEU/CEFRES)

Résumé:
« Cette thèse s’intéresse à la participation et la mobilisation de l’extrême-droite dans les partis politiques Konfederacja (Confédération) en Pologne et Svoboda a přímá demokracie (Liberté et démocratie directe) en République Tchèque. A partir de l’analyse de documents écrits et audio-visuels ainsi que de l’observation sur site et trente-huit interviews en face-à-face avec des partisans de l’extrême-droite parlementaire, je m’interroge sur les manières dont ces partis politiques recrutent des membres et mobilisent des électeurs. Je me concentre particulièrement sur le rôle joué par le genre et la sexualité dans la mobilisation des membres et des partis ainsi que sur les articulations idéologiques. Cette analyse offre un aperçu comparatif de la manière dont ces partis politiques ont pu recruter leurs membres, agiter les électeurs et promouvoir des points de vue particuliers. Je postule que l’attrait des partis d’extrême droite étudiés repose sur une critique radicale des politiques de l’après 1989, y compris la remise en question – ou le rejet pur et simple – des approches libérales et émancipatrices des questions de genre et de sexualité. Malgré ces similarités, les cas polonais et tchèques diffèrent largement dans la manière dont ils expriment et exploitent le mécontentement sociopolitique, ce qui montre les limites des explications macroéconomiques de l’extrême droite mondiale, européenne ou « est-européenne ». Comme je le montre, les héritages idéologiques historiques, les structures de mobilisation, les développements sociopolitiques locaux et la concurrence entre les partis produisent des dynamiques différentes de mobilisation de l’extrême droite dans les deux pays, y compris sur les questions de genre et de sexualité. »

Voir le programme complet du séminaire ici.

Facebooktwitterlinkedin