Histoire(s) d’archives : le penseur écrivant et ses archives

Histoire(s) d’archives : le penseur écrivant et ses archives

La conférence vise à développer une démarche intellectuelle collective portant sur les méthodologies et les outils numériques qui pourraient nous permettre de mieux percevoir, au-delà et à travers les manuscrits, les figures intellectuelles et leurs trajectoires transculturelles, les histoires et leurs racines dans leurs contextes culturels, ainsi que les réseaux et les pratiques collectives dans lesquels ils sont inscrits. Outre qu’elle donnerait une image différente de l’histoire des idées, une telle approche pourrait  susciter des narrations plus intuitives, permettant à ces méthodologies, outils, d’atteindre – grâce à leur représentation numérique – un public plus large et  non-universitaire. L’événement réunira tous les acteurs majeurs du réseau « AITIA – Archives of International Theory, an Intercultural Approach ».

Date : 18 avril 2024
Lieu : CEFRES, Na Florenci 3, Prague 1 et en ligne
Langue : anglais

Programme provisoire

MANUSCRITS

Matinée : écrivains-penseurs

Jan Frei, Jan Patocka Archives, Prague
Julia Jensen and Emanuele Caminada, Husserl Archives Lewen
Ladislav Hejdanek Archives*, Prague
Benedetta Zaccarello, ITEM (CNRS/ENS) (on dialogues in philosophical manuscripts)

Après-midi : Afficher la littérature

Museum of Literature (ML PNP) Prague
Archives et Musée de la Littérature, Brussels
The School for Cultural Texts and Records, Jadavpur University Kolkata (on Tagore’s digitalarchive “Bichitra”) (en ligne)
Mateusz Chmurski, director at CEFRES (CNRS/MEAE), Prague (on a facsimile edition)

Table-ronde : « Interpreting and (digitally) archiving intellectual manuscripts », avec Alois Pichler* (Wittgenstein Archives at the Bergen University) suivie par une discussion portant sur le thème de l’après-midi.

Dîner 

ARCHIVES

Matinée : Archiver la recherche

Lucie Merhautová and Milan Hanis, on the collections at “The Masaryk Institute and Archives of the CAS”

Sylvie Archaimbault, Eur’ORBEM (CNRS/Sorbonne Nouvelle), on « Numerislav » digital archive

Nirmalya Chakraborty (Professor of Philosophy, Rabindra Bharati University, Kolkata) and Madhucchanda Sen (head of Philosophy Department, Jadavpur University Kolkata), on Darshan Manisha Digital Library (Sanskrit Philosophy) (en ligne)

Daniel Raveh, Professor of Indian and Comparative Philosophy, Tel Aviv University, on Daya Krishna digital archive online

Après-midi : Quand la recherche façonne les archives

Emmylou Haffner* and Christophe Eckes* (ITEM, CNRS/ENS), on Banana ANR project, digital archives of “Nicolas Bourbaki” (mathematics collective manuscripts) (en ligne)

Venkat Srinivasan*, National Centre for Biological Sciences Archives, on the making of NCBS archives and collections (en ligne)

Institut Français de Pondichéry*, CNRS/MEAE, on the making of their own archives (Indology, Ecology, Indian Traditional Medicines) and the history of their French-Indian institution (en ligne)

Table-ronde: « Archives on the make, the making of archives », avec Laetitia Zecchini* (THAMIL, PI IRN Postcolonial Print Cultures), on the Pen India archives, suivie par une discussion portant sur le thème de l’après-midi.

Politique linguistique et sociolinguistique en Bosnie-Herzégovine : De la différence (in)signifiante aux frontières linguistiques.

Politique linguistique et sociolinguistique en Bosnie-Herzégovine : De la différence (in)signifiante aux frontières linguistiques

5ème session du Séminaire interne du CEFRES 2023-2024.
Par la présentation de recherches en cours, l’objectif du Séminaire du CEFRES est de soulever et de soumettre à la discussion des questions de méthodes, d’approches ou de concepts, dans un esprit pluridisciplinaire, permettant à chacun de croiser ses propres perspectives avec les travaux présentés.

Lieu: bibliothèque du CEFRES, Na Florenci 3, Prague 1
Dates
: mardi 9 avril 2024, 16h30
Langue: anglais
Contact / Inscription 
: cefres[@]cefres.cz

Jelena Božović

Résumé

La question des frontières linguistiques est souvent négligée au sein des études portant sur les politiques linguistiques. Lorsque l’on explore des contextes multilingues, les chercheurs en politique linguistique présupposent traditionnellement une pluralité de langues traitées comme des entités séparées et fixes. Travailler avec des unités linguistiques facilement identifiables et discernables permet en effet d’étudier de plus près leurs relations. Cette tâche peut nonobstant se révéler ardue dans des contextes où les langues sont structurellement similaires et se chevauchent, et où les frontières ne sont pas toujours nettes et clairement définies. Ici, déterminer les relations entre les langues (concurrentes) et les groupes linguistiques ne se révèle pas nécessairement simple. Cela est dû au fait que certaines différences sont davantage soumises aux processus de délimitation que d’autres, tandis que certaines passent complètement inaperçues. Ces observations enrichissent notre compréhension des frontières linguistiques, qui ne dépendent pas uniquement des différences formelles entre les langues et leurs significations dénotatives, généralement stables, mais également de leur fonction sociale et politique.

Au sein de ma thèse, je me concentre sur la Bosnie-Herzégovine, où la transition d’une langue standard commune à trois langues nationales standard distinctes a eu lieu à la suite de la désintégration de la Yougoslavie. Cette transition soulève inévitablement des questions cruciales sur la différenciation et des frontières linguistiques. En analysant les processus d’interprétation des politiques linguistiques officielles lors de mon étude de terrain ethnographique en Bosnie-Herzégovine, il m’est apparu évident qu’ils portaient principalement sur l’interprétation des différences et des frontières entre ces langues. Ainsi, ma recherche se concentre sur les processus de délimitation linguistiques, notamment sur la manière dont les frontières linguistiques sont construites, déconstruites, brouillées, dépassées, voire complètement ignorées par les acteurs sociaux dans divers cadres politiques linguistiques. Lors de ce séminaire, j’examinerai de près la construction de ces frontières et leur lien avec les questions de pouvoir et d’autorité, ainsi que leurs implications pour les politiques linguistiques officielles.

Voir le programme complet du séminaire 2023-2024 ici.

Prague et ses mythes

Prague et ses mythes

Lieu: bibliothèque du CEFRES, Na Florenci 3, Prague 1
Date
: 5 avril 2024
Langue: anglais

Établissements sponsors

  • CEFRES (Centre français de recherche en sciences sociales)
  • Institut des Études Sociologiques, Faculté des Sciences Sociales, Université Charles
  • Institut de Littérature Tchèque de l’Académie des Sciences Tchèques

Comité scientifique et comité d’organisation

  • Mateusz Chmurski
  • Michèle Baussant
  • Alessandro Testa

Intervenants

  • Jean Boutan, Eur’ORBEM, CNRS-Sorbonne Université
  • Ron Hoffberg, Židovská obec v Praze
  • Tomáš Bubík, Palacky University Olomouc
  • Stanislav Holubec, Czech Academy of Sciences
  • Richard Müller, Czech Academy of Sciences
  • Marco Pasi, University of Amsterdam
  • Jiří Pelán, FF UK
  • Alessandro Testa, FSV UK

Résumé

Cette journée d’étude explorera les différentes déclinaisons de l’idée de Prague à l’époque moderne et contemporaine, en mettant l’accent sur la littérature, les pratiques sociales, les phénomènes religieux et les processus de patrimonialisation. Ces motifs ou tropes sont ici définis comme des « mythes », empruntant à la fois aux formes de la culture élitiste et populaire. Ils renvoient à des imagines spécifiques et à des traces des passés contrastés et complexes de Prague, et de son histoire. Le patrimoine religieux et ésotérique de la ville, en particulier, en sus de son bagage multiculturel et « hinternational », pour reprendre le terme d’Urzidil, trouvent désormais une valeur nouvelle en tant que symboles d’une identité et d’une histoire tchèques partagées, certains lieux étant honorés en tant que « lieux de mémoire », d’autres, ignorés ou tus (« lieux de l’oubli »), leurs significations historiques en partie reformulées.

Continuer la lecture de Prague et ses mythes

Des rois anciens pour une politique contemporaine

Des rois anciens pour une politique contemporaine. Le médiévalisme en Europe centrale et orientale

Une journée d’étude organisée par le CEFRES, avec la participation de l’Académie tchèque des Sciences et l’Institut pour l’histoire et les cultures de l’Europe centrale et orientale (GWZO, Leipzig).

Organisateurs : Olga Kalashnikova (CEU / CEFRES), Jan Kremer (FLÚ AVČR)

Date : 20 mars 2024, toute la journée
Lieu : CEFRES, Na Florenci 3, Prague 1
Langue : anglais
Contact : Olga Kalashnikova, kalashnikova_olga@phd.ceu.edu; Jan Kremer, jan.kremer@cefres.cz

Participants

Nikita Bogachev (Budapest, Institute for Democracy)
Christian Gaspar (Vienna, CEU)
Matej Harvát  (Bratislava, Comenius University)
Ferenc Kanyó (Hungary, Institute for Democracy)
Dina Khapaeva (Georgia Tech)
Gabor Klaniczay (Budapest, Institute for Democracy)
Tatjyana Szafonova (Bratislava, Comenius University)
Martin Šorm (Prague, Charles University)

Abstract

Continuer la lecture de Des rois anciens pour une politique contemporaine

La cartographie et l’histoire de l’art en dialogue

La cartographie et l’histoire de l’art en dialogue. Réflexion sur la fonction des cartes dans l’iconologie warburgienne.

Cinquième session du Séminaire interdisciplinaire francophone du CEFRES 2023-2024 : La carte et la frontière
En 2023, nous souhaiterions commencer par interroger l’acte même de délimiter et de représenter (un territoire, une période, une trajectoire), bref, à l’aide du feu croisée de nos disciplines respectives, interroger la carte et la frontière.

Lieu : Bibliothèque du CEFRES, Na Florenci 3, Prague 1
Date : le vendredi 15 mars 2024 de 10h à 11h30
Langue : français

Intervenante : Lara BONNEAU, l’Institut de philosophie de l’Académie tchèque des sciences (FLÚ – AV ČR), chercheuse associée au CEFRES
Discutante : Danièle COHN, Université Paris 1

La tendance à l’ornementation du geste graphique a-t-elle représenté un obstacle de la cartographie ? Ou pour le dire autrement : la cartographie a-t-elle dû se déprendre de sa dimension artistique, trop pétrie de vie sensible et affective, pour se faire abstraction planimétrique ? Questions centrales pour l’historien de l’art allemand Aby Warburg qui pensait le geste cartographique comme l’une des modalités de la prise de distance psychique à l’égard du sensible. En donnant des contours à ce qui se présente comme mouvant, changeant, voire chaotique dans l’expérience perceptive, en lui attribuant une place au sein d’un ordre (kosmos), et en le présentant dans l’espace plutôt que dans le temps, la mise en carte a une fonction psychique : donner au sujet des points où s’arrimer et prendre ainsi ses distances avec le réel. Néanmoins, comme en témoignent les cartes du ciel astrologiques peuplées de démons, la cartographie ne saurait abolir totalement la dimension à la fois phobique et désirante de notre rapport au monde et à l’univers. Les cartes comprennent une dimension sensible, « cosmétique », qui ne s’oppose peut-être pas frontalement à l’ambition de mise en ordre cosmique. Pour étudier la façon dont ces démons eux-mêmes se sont déplacés historiquement, fécondant durablement la tradition iconographique autant que les tentatives scientifiques de conquête de l’espace de penser, Aby Warburg est conduit à tracer à son tour… des cartes, celles des routes migratoires des motifs et des styles, des « formules de pathos » d’Athènes à Babylone, de Babylone à l’Europe du Sud puis du Nord. En nous appuyant notamment sur les travaux récents de Phillipe Despoix (2023), nous nous efforcerons de présenter la fonction de la cartographie dans l’iconologie warburgienne.

L’histoire au service de la patrie. Les médiévalismes du discours public en Russie

L’histoire au service de la patrie.
Les médiévalismes du discours public de la Russie contemporaine (2018-2023)

4ème session du Séminaire interne du CEFRES 2023-2024.
Par la présentation de recherches en cours, l’objectif du Séminaire du CEFRES est de soulever et de soumettre à la discussion des questions de méthodes, d’approches ou de concepts, dans un esprit pluridisciplinaire, permettant à chacun de croiser ses propres perspectives avec les travaux présentés.

Lieu: bibliothèque du CEFRES, Na Florenci 3, Prague 1
Dates
: mardi 5 mars 2024, 16 h 30
Langue: anglais
Contact / Inscription
: cefres[@]cefres.cz
Discutant/e : Martin ŠORM, Centre d’études médiévales, FLÚ, Académie tchèque des sciences

Olga Kalashnikova (CEFRES / CEU)

Continuer la lecture de L’histoire au service de la patrie. Les médiévalismes du discours public en Russie