Géopolitique de la « sororité »

Géopolitique de la « sororité ». Construire un sujet féministe universel dans le cadre onusien (1975-1995)

Quatrième session du Séminaire interdisciplinaire francophone du CEFRES 2023-2024 : La carte et la frontière
Cette année, nous souhaiterions commencer par interroger l’acte même de délimiter et de représenter (un territoire, une période, une trajectoire), bref, à l’aide du feu croisée de nos disciplines respectives, interroger la carte et la frontière.

Lieu : Bibliothèque du CEFRES, Na Florenci 3, Prague 1
Date : le vendredi 23 février 2024 de 10h à 11h30
Langue : français

Intervenante : Ioana CÎRSTOCEA, CNRS / CEFRES
Discutante : Giedrė Šabasevičiūtė (Institut d’Études orientales, Académie tchèque des sciences)

Résumé

Se concentrant sur les interactions entre mouvements des femmes et institutions, cette intervention revisite les conditions de structuration d’un féminisme à vocation « globale » autour de quatre conférences mondiales des femmes organisées par l’ONU de 1975 à 1995. Couramment envisagé comme un continuum, cet intervalle chronologique englobe la fin de la guerre froide, une confrontation idéologique qui se manifestait entre autres par des politisations divergentes du genre.

L’emprise du contexte géopolitique sur les pratiques attachées à l’internationalisme des droits des femmes sera discutée au gré d’une enquête multi-située qui porte sur les carrières, les discours et les ressources d’actrices et organisations basées aux États-Unis, qui ont orchestré des mobilisations transnationales depuis 1975. Si elles ont légitimé des mots d’ordre comme les « droits humains des femmes » et le gender mainstreaming, qui ont aujourd’hui une portée universelle, celles-ci effacent l’histoire et l’expérience des politiques, institutions et solidarités internationales promues par les États socialistes.

Facebooktwitterlinkedin