Tous les articles par Cefres

Un espace domestique multi-espèces : comment humains et non-humains co-habitent à l’ère des crises

Un projet mené dans le cadre du programme TANDEM développé par l’Académie tchèque des sciences, l’Université Charles et le CEFRES/CNRS réunis au sein de la Plateforme de coopération et d’excellence en sciences humaines et sociales.

L’interaction d’acteurs humains et non humains – personnes et animaux, plantes, champignons, bactéries, virus, mais aussi dispositifs technologiques et agents chimiques, entre autres – est un sujet de préoccupation émergent pour les sciences  humaines et sociales. Des disciplines telles que l’anthropologie, la géographie humaine et les STS se concentrent sur la manière dont ces enchevêtrements façonnent et forment la réalité sociale, sur la manière dont ils sont conceptualisés, mais aussi leurs effets pratiques.

Continuer la lecture de Un espace domestique multi-espèces : comment humains et non-humains co-habitent à l’ère des crises

ANEMONA CONSTANTIN : RECHERCHE ET CV

Les intellectuels conservateurs roumains et le recul de la démocratie en Europe centrale et orientale dans une perspective transnationale

Axe de recherche 1, « Déplacements, dépaysements et décalages : Homme, savoirs et pratiques ».

Anemona Constantin est docteure en science politique de l’Université Paris Nanterre. Ses recherches portent sur les transformations du champ intellectuel roumain après 1989, les controverses publiques autour du fascisme et du communisme et la (ré)-écriture de l’histoire nationale en Roumanie, en Bulgarie et en République de Moldavie après la chute du Mur de Berlin.

Le projet mené au CEFRES examine dans une perspective transnationale la contribution des intellectuels conservateurs roumains aux débats politiques qui ont depuis 2007 remis en cause le « consensus libéral » établi en Europe centrale et orientale après le démantèlement du régime communiste. Le projet apporte quatre innovations à la littérature sur le populisme et le recul de la démocratie dans la région : 1) Il cartographie la diversité des réseaux et des discours des intellectuels conservateurs roumains et fournit une prosopographie de ces acteurs et de leurs collaborateurs étrangers ; 2) Il étudie la généalogie de ces discours et la replace dans une histoire des idées politiques qui remonte à la Guerre froide et à l’entre-deux-guerres; 3) Il étudie l’impact direct et indirect des intellectuels conservateurs sur l’idéologie et l’activité des partis politiques nationaux ; 4) Il place l’étude du cas roumain dans un contexte européen plus large afin d’évaluer sa spécificité. Il s’agit d’un projet qui interroge l’actualité politique étant donné la montée des discours qui contestent les droits des minorités (nationales, sexuelles, religieuses), l’État de droit et la diversité culturelle dans le monde entier.

 

CV

Formation

2019 : Doctorat en science politique, Université de Paris Nanterre, Thèse : « Changement de régime et genèse d’une nouvelle histoire officielle : combats autour du passé fasciste et communiste en Roumanie après 1989 ».

2006 : Diplôme d’études approfondies (DEA) de sociologie politique comparée, Université de Paris Nanterre, Mémoire : « Les conditions sociales du ralliement au fascisme des intellectuels roumains durant les années 1930 »

2005 : Maîtrise de science politique, Université Paris Nanterre

 

Bourses et participation à des projets de recherche collective

Décembre 2020 – novembre 2021 : Bourse de recherche à l’Institut de recherche de l’Université de Bucarest, Section sciences sociales, Projet de recherche : « Les effets de l’internationalisation des carrières intellectuelles sur les mises en récit du passé communiste en Roumanie (1989-2020) »

Mai 2018 – Avril 2020 : Membre du projet de recherche ‘Jeunes équipes’ : « Mémoire et justice de transition en Roumanie dans une perspective globale », https://transnationalmemory.wordpress.com/our-project/, Université de Bucarest, Département de sciences politiques, Centre d’études sur les politiques de l’égalité des chances, Projet de recherche individuel : « L’enseignement de l’histoire du communisme en Bulgarie, en Roumanie et en République de Moldavie »

2016 – 2018 : Membre du projet de recherche franco-britannique « La criminalisation des passés dictatoriaux en Europe et en Amérique latine dans une perspective globale », https://criminalizationofdictatorialpasts.wordpress.com/about/, co-financé par le LABEX « Les passés dans le présent » (France) et le Arts and Humanities Research Council « Care for the Future » (Royaume-Uni), Projet de recherche individuel : « Le Mémorial des victimes du communisme de Sighet et la réception du Livre noir du communisme en Roumanie »

 

Publications

Revues à comité de lecture :

 

Chapitres de livres

  • « L’influence des facteurs transnationaux sur l’enseignement de l’histoire du communisme en Roumanie » in Marie Vergnon, Renaud d’Enfert, Frédéric Molle (eds.), Circulations en éducation. Passages, transferts, trajectoires, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2022 (à paraître).

AAC : Stages au CEFRES pour les étudiants de la FF UK

Les inscriptions sont ouvertes pour tous les étudiants francophones et / ou anglophones tout au long de l’année universitaire.

Dans le cadre de sa coopération avec la Faculté des lettres de l’Université Charles, le CEFRES peut désormais accueillir des étudiants de cette faculté, de niveau Master ou Doctorat comme stagiaires, à compter de l’année universitaire 2016-2017. Les stages durent un à trois mois et sont rémunérés par des crédits ECTS dans le cadre de leur cursus (1 mois-4 ECTS, 2 mois-8 ECTS, 3 mois-12 ECTS). Continuer la lecture de AAC : Stages au CEFRES pour les étudiants de la FF UK

L’Europe « désimpériale » : une confédération de vaincus ? Passés troués et mémoires vives de(s) minorités post-impériales

Un projet mené dans le cadre du programme TANDEM développé par l’Académie tchèque des sciences, l’Université Charles et le CEFRES/CNRS réunis au sein de la Plateforme de coopération et d’excellence en sciences humaines et sociales.

Ce projet propose une étude pionnière sur les paysages mémoriels fantomatiques, matériels et symboliques des minorités vaincues qui ont été déplacées et dispersées après l’effondrement successif des entités impériales et multinationales au cours du XXe siècle, la reconfiguration des pays d’Europe centrale et orientale due à la guerre froide, et plus tard, à la chute des régimes communistes. Par minorités vaincues, nous entendons les populations qui ont été identifiées ou associées aux régimes politiques de ces formations, et considérées au mieux comme complices, et au pire comme responsables de leurs systèmes politiques de domination et/ou de dictature.

Continuer la lecture de L’Europe « désimpériale » : une confédération de vaincus ? Passés troués et mémoires vives de(s) minorités post-impériales

bernhard struck : cv et recherche

Esperanto et internationalisme, 1880s-1920

Axe de recherche 3 : objets, traces, mises en carte : espaces au quotidien

Contact: bernhard.struck(@)cefres.cz

Dr Bernhard Struck, est Professeur associé en Histoire de l’Europe moderne à la University of St Andrews et Directeur fondateur de l’Institute for Transnational & Spatial History. Sa recherche s’intéresse à l’Histoire allemande, française, et polonaise, l’histoire du voyage, les zones frontalières, la cartographie et l’espace. Il est l’auteur de Nicht West – nicht Ost. Frankreich und Polen in der Wahrnehmung deutscher Reisender, 1750-1850 (2006) et Revolution, Krieg und Verflechtung.Deutsch-Französische Geschichte 1789-1815 (2008) (avec Claire Gantet). Il a également co-edité Shaping the Transnational Sphere. Experts, Networks and Issues from the 1840s to the 1930s (2015).

Lien vers sa recherche actuelle

Continuer la lecture de bernhard struck : cv et recherche

Astrid Greve Kristensen : recherche & CV

Étrangers dans un pays étrange. Les retours des orphelins dans les littératures allemande et tchèque des années 2000.
Une littérature comparée des œuvres de Jáchym Topol, Radka Denemarková et W. G. Sebald.

Axe de recherche 3 – Objets, traces, mises en carte : espaces au quotidien

Contact : astrid.grevekristensen(@)cefres.cz

L’objectif principal de ce projet est d’initier une nouvelle compréhension de l’orphelin en tant que figure littéraire et culturelle, telle qu’on la trouve dans la fiction historique contemporaine. L’accent sera mis sur les œuvres de fiction centrées sur la narration d’histoires d’orphelins dans les pays tchèques des années 1940 à 1960. Cette période comprend deux « ismes » dominants, fascisme et socialisme. Les textes choisis pour comparaison sont : Peníze od Hitlera ([Money from Hitler] 2006) de Radka Denemarková, Austerlitz (2001) de W. G. Sebald et Kloktat dehet ([Gargling with Tar] 2005) de Jáchym Topol. Par la comparaison de ces textes, tous divergents dans leur approche du « trauma » et de la disparition, j’entends découvrir la variété des voix données à l’orphelin. Mon approche théorique sera interdisciplinaire et inscrite dans une combinaison de théorie des mondes possibles littéraires et de théories espace/mémoires.  

Continuer la lecture de Astrid Greve Kristensen : recherche & CV