Archives de catégorie : Non classé

AAC – Les sciences humaines et sociales à l’heure du numérique : qui est le peuple

Le 1er Séminaire doctoral francophone en ligne du Collège Européen Francophone en Sciences Humaines et Sociales, organisé dans le cadre du Projet de l’Alliance 4EU+ « Dimension Francophone »

Date : les 18-20 mars 2021

Les propositions de communication (résumés de 300-400 mots avec un titre et 2-3 références bibliographiques) sont à envoyer à seminarium.okf@uw.edu.pl avant le 18 janvier 2021. Les propositions ne doivent pas être l’objet d’un texte publié ou soumis à publication dans une revue scientifique.

Calendrier :
Date limite d’envoi de propositions : le 18 janvier 2021
Sélection des candidatures et réponse aux participants : le 8 février 2021
Séminaire doctoral : les 18-20 mars 2021
Date limite d’envoi d’articles : le 30 juin 2021
Publication : décembre 2021

Langue : français.

Participants : doctorants francophones en sciences humaines et sociales des universités de l’Alliance 4EU+ (priorité) et d’autres établissements.

Descriptif :
Le développement de l’informatique et du réseau Internet a provoqué un grand bouleversement des sociétés, de notre rapport à l’information et de nos pratiques quotidiennes. Il en est de même pour la recherche, notamment pour les sciences humaines et sociales : la « révolution numérique » a forcé à repenser les problématiques et les méthodologies de recherche ainsi qu’à en trouver des nouvelles, plus adaptées. En même temps, les repères traditionnels des activités académiques (espace, divulgation du savoir, institutions, etc.) changent diamétralement à l’échelle mondiale.

Depuis ses origines, l’informatique est un outil pour les sciences humaines et sociales, mais l’accélération de l’utilisation des techniques numériques au cours de la dernière décennie affecte profondément les pratiques et le rapport à la science aussi bien des milieux académiques que des personnes non-initiées au monde savant. Le numérique, dans son développement rhizomatique, n’est plus uniquement un outil de recherche mais devient également un objet d’étude, ainsi qu’un terrain, un instrument et une méthode (Bourdeloie, 2014). A travers la navigation hyperdocumentaire et l’accès ouvert (open access), l’impératif numérique ouvre de nouveaux types de raisonnement et des voies des connaissance. Néanmoins, ces technologies ne peuvent que démultiplier et prolonger la réflexion scientifique, sans jamais la remplacer (Wieviorka, 2013). La modélisation et la programmation informatiques permettent de visualiser et d’imager des concepts et des connaissances abstraites, mais cette production peut devenir éphémère si son application de codage devient obsolète (Grau, Hoth, Wandl-Vogt, 2019) ou en cas d’incompatibilité entre interfaces différentes (Plantin, Monnoyer-Smith, 2014). Et même si la visualisation est réussie, elle ne peut pas exister en soi sans avoir un fondement clair dans l’interprétation et l’analyse des sciences humaines (Drucker, 2011).

Nous proposons de mener une réflexion méthodologique, épistémologique et conceptuelle sur le numérique et d’effectuer des études de cas dans différents domaines de recherche appartenant à l’univers des sciences humaines et sociales, en se concentrant autour d’un thème fédérateur – le peuple. Nous invitons les propositions de réflexion concernant le peuple dans tous les sens du terme : en tant que construction politique, sociale, nationale, géographique, linguistique ou ethnique. D’une certaine façon, l’avènement du numérique dans la société a rendu visible et tangible une population (Lévy, 1997), l’enjeu est de réfléchir à la manière dont la dimension numérique impacte ces multiples constructions. A l’heure des Big Data et de l’individualisation des expériences numériques, les frontières de la notion de peuple s’effacent progressivement, notamment avec la nouvelle génération née à l’ère du numérique et qui peut être définie comme une « génération globale » (Tubella, 2015). De même, le tournant numérique permet à des milieux économiquement et socialement défavorisés d’avoir une visibilité plus forte, par exemple, à travers les pratiques liées à l’utilisation des téléphones portables (Allard, 2017). Dans les champs sociologique, ethnographique et anthropologique, il devient difficile d’utiliser uniquement une méthodologie empirique, puisqu’avec le développement des techniques d’information et de communication, l’objet d’étude n’est pas figé et se trouve en mouvement et changement permanent. Même si pour l’historien le corpus reste défini par les sources et les archives, les techniques numériques ouvrent une multiplicité des choix d’approche et des usages, qui permettent de visualiser et ancrer sa recherche, tout en exigeant une justification claire de ces choix et l’intégration de ces analyses dans un champ transdisciplinaire (Costa, 2012).

Ainsi, ce webinaire doctoral se veut ouvert et interdisciplinaire, ayant notamment pour objectif de mettre en contact de jeunes chercheurs de différentes disciplines. Cet appel déboucherait sur un webinaire francophone réunissant des réflexions et des nouvelles études sur le peuple au sens large à travers l’application des outils numériques aux SHS.

Pour plus d’informations veuillez télécharger le document suivant :

Composition du Comité de gestion 2018-2019

Membres statutaires

  • Pavel Baran, vice-président chargé de la IIIe section de l’AV ČR
  • Lenka Rovná, prorectrice responsable de la problématique européenne de l’UK
  • Jérôme Heurtaux, directeur du CEFRES

Représentants de l’UK

Représentants de l’AV ČR

Claire madl – CV & recherche

Adjointe à la direction et responsable de la bibliothèque du CEFRES

FORMATION

  • 2007 – Doctorat en histoire, mention « histoire, textes et documents » de l’École pratique des hautes études (EPHE, Paris).
  • 2000 – D.E.A. à l’École pratique des hautes études, (EPHE) en Histoire et civilisation du livre. Menton « très bien »
  • 1993 – Diplôme supérieur des sciences et techniques de l’information et de la documentation à l’Institut national des techniques de la documentation (INTD), Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), Paris
  • 1991 – Maîtrise d’histoire à l’Université de Paris IV-Sorbonne

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE

Centre français de recherche en sciences sociales :

Gestion de la recherche
Depuis 2018 – participation à l’organisation de la vie du centre et au développement de la Plateforme de coopération scientifique franco-tchèque, dite Plateforme CEFRES

Édition et communication
Depuis 2006 – Secrétariat d’édition, responsable des publications papiers (publications en série, monographies) et électroniques (collection sur HAL-SHS, site internet, vidéos en ligne et blog)
Communication : Animation des comptes sur réseaux sociaux ; site internet trilingue

Bibliothèque et gestion de l’information scientifique
Depuis 1994 – Responsable de la bibliothèque (acquisitions, gestion des ressources, communication, veille, relations avec les fournisseurs et le public, animation de revues de livres publiques)

PROJETS DE RECHERCHE

  • Depuis 2018 – “Reading Europe Advanced Data Investigation Tool” (READ IT) dans le cadre d’un projet H2020 « JPI Cultural Heritage ». Leader du projet : Brigitte Ouvry-Vial, Université du Mans ; PI pour la République tchèque : Michael Wögerbauer, Institut de littérature tchèque, AVČR.
  • 2018-2020 – „Krásný Dvůr in the context of European early landscape parks “ Projet financé par la Grant Agency de la République tchèque (n° 18-07366S 2018-2020) porté par l’Institut Silva Taroucy pour le paysage et les jardins (PI Markéta Šantrůčková) ; membre de l’équipe de la Faculté des lettres de l’Université Charles coordonnée par Zdeněk Hojda.
  • 2015-2019 – « La construction d’une nation de lecteurs. Acteurs, entreprises et réseaux du livre en Bohême 1749-1848 » Projet financé par la Grant Agency de la République tchèque (n° 15-22253S 2015-2017) porté par l’Institut de littérature de l’Académie tchèque des sciences ; pour 2018-2019, Institut de littérature seul. Responsable de projet avec Michael Wögerbauer et Petr Píša.

DERNIERES PUBLICATIONS

Monographies

  • Buchwesen in Böhmen 1749-1848. Kommentiertes Verzeichnis der Drucker, Buchhändler, Buchbinder, Kupfer- und Steindrucker. Wiesbaden, Harrassowitz (Buchforschung 11), 2019. with Petr Píša et Michael Wögerbauer.
  • Na cestě k výborně zřízenému knihkupectví. Protagonisté, podniky a sítě knižního trhu v Čechách (1749-1848). [Vers « une librairie parfaitement efficace ». Acteurs, entreprises et réseaux du livre en Bohême 1749-1848]. Prague, Academia-Ústav pro českou literaturu AV ČR, v.v.i., 2019. avec Petr Píša et Michael Wögerbauer.
    Chapitres :
    –„Úvod“ [Introduction collective] p. 9-23
    –„Ekonomické a sociální podmínky knižní kultury“ [Les métiers du livres. Conditions économiques et sociales], p. 69-102
    –„Zahraniční souvislosti knižního trhu v Čechách“ [Les réseaux internationaux du marché du livre de la Bohême], p.  103-126
    –„Topografická a funkční diferenciace knižního trhu“ [La construction d’un réseau de professionels du livre au service de la Bohême] p. 127-142
    –„Tiskárna normální školy v Praze. Vládní nástroj osvícenského despotismu i impuls ke vzniku občanské společnosti“ [L’imprimerie des écoles normales. Un instrument du despotisme éclairé comme préalable à une société de citoyens] p. 179-217
    –„Jak rozšířit a diverzifikovat čtenářskou obec. Reklamní strategie nakladatelů a knihkupců“ [Les stratégies publicitaires des éditeurs-libraires afin d’élargir et de différencier le lectorat] p. 279-300
    –„Čtenářské kabinety, půjčovny knih a proměny způsobů čtení“ [Cabinets de lecture et bibliothèques de prêt. La transformation des pratiques de lecture]. p. 301-320
  • « Tous les goûts à la fois ». Les engagements d’un aristocrate éclairé de Bohême, Genève, Droz, 2013, 467 p.

Articles de revues ou chapitres de livres

  • « Zahrady v četbě Jana Rudolfa Černína » [Les jardins objets de lecture de J. R. Czernin] à paraître dans : Jan Rudolf Černín a jeho Krásný Dvůr.
  • « Le Saint-Empire », in (dir. Éric Suire) Le monde de l’imprimé en Europe occidentale (vers 1480-vers 1680), Paris, Armand Colin (Horizon), 2020, p. 276-294.
  • « L’imprimé, vecteur de diffusion du jardin paysager vers l’est de l’Europe. Modèles, traductions, médiatisations », Revue française d’histoire du livre n° 141, 2020, p. 113-136.
  • « Publishers’ Advertising Strategies to Widen and Diversify Readership. The Example of Bohemia », Dějiny, Teorie, Kritika, 2018-1, p. 69-98.
  • « Organizace tisku učebnic v Čechách. Přizpůsobení jedné tereziánské reformy » [Imprimer les manuels scolaire en Bohême. L’adaptation d’une réforme de Marie-Thérèse] Cornova vol. 7, n° 17, 2017, p. 57-71.
  • « Langue et édition scolaire en Bohême au temps de la réforme de Marie-Thérèse. Retour sur une grande question et de petits livres » in : Ex Oriente Amicitia. Mélangues offerts à Frédéric Barbier à l’occasion de son 65e anniversaire (dir. C. Madl, I. Monok), Budapest, Magyar Tudományos Akadémia Könyvtar és Információs Központ, 2017, p. 235-265.
  • « Strasbourg et l’exportation des livres vers l’Est de l’Europe au XVIIIe siècle » Histoire et civilisation du livre, XI, 2015, p. 109-126.
  • « Perný rok knížete Fürstenberga. Cenzura a proměna veřejnosti na sklonku vlády Marie Terezie“ [La censure et la transformation du public à la fin du règne de Marie-Thérèse, ou comment l’année 1779 fut rude pour le prince de Fürstenberg]. In (M. Wögerbauer, P. Píša, P. Šámal et al.) V obecném zájmu. Cenzura a sociální regulace literatury v moderní české kultuře. 1749–2014 , Praha, Academia – Ústav pro českou literaturu AV ČR, v.v.i., 2015, p. 165-177.

Comptes rendus

  • Veronika Čapská: Mezi texty a textiliemi. (Swéerts)-Šporkové, textové praxe a kulturní výměna na přelomu baroka a osvícenství. Praha, Scriptorium 2016, 326 s. Česká literatura n° 4, 2017, p. 608-611.
  • « De l’argile au  nuage. Une archéologie des catalogues (IIe millénaire av. J.-C. – XXIe siècle). [Paris / Genève] : Bibliothèque Mazarine / Bibliothèque de Genève / Éditions des Cendres, 2015 ». Histoire et civilisation du livre, n°12, 2016, p. 462-468

Traductions

  • Klara Benešovská, « Disparition, réouverture et clôture du chantier cathédral de Prague (1419-1933) », in : Le Chantier cathédral en Europe. Diffusion et sauvegarde des savoirs, savoir-faire et matériaux du Moyen Age à nos jours. (dir. Isabelle Chave, Etienne Faisant, Dany Sandron), Paris-New York, Le Passage, 2020, p. 125-135.
  • Daniel Špelda : « Les soleils et leurs observateurs au XVIIe siècle  ». Revue des questions scientifiques, 2018, 189 (4), p. 531-577.
  • Klára Benešovská, « Ce qu’il advint de l’architecture gothique à la cour de Charles IV et de Venceslas IV », in Qu’est-ce que l’architecture gothique ? essais (dir. Arnaud Timbert), Lille, Presses du Septentrion (Architecture et urbanisme), 2018, p. 181-209.
  • Petra Trnková, « Les photographes au service de l’aristocratie. Représentation visuelle du domaine des Buquoy à l’époque du comte Georg Johann Heinrich Longueval de Buquoy (milieu du XIXe siècle) » Austriaca (dir. M. Faber M. Ponstingl), n° 83, 2018, p. 17-46.

Voir le CV complet ici.

Déconstruction et phénoménologie

Enseignant : Thomas Mercier (CEFRES)
Inscription : Département de philosophie allemande et française, FHS UK
Horaire & adresse : les jeudis 9h30-12h20, CEFRES, Na Florenci 3, Prague 1 (dates à préciser)
Langue : français

Description du cours

Dès les premiers textes de Jacques Derrida, la déconstruction s’est affirmée à travers un dialogue amoureux mais antagoniste avec la phénoménologie. Dans ce cours, nous essaierons d’éclairer ce rapport complexe, et de souligner la dette paradoxale contractée par la déconstruction à l’égard des principes phénoménologiques. Nous proposerons une lecture transversale de l’œuvre de Derrida en nous attardant plus particulièrement sur les lectures qu’il a consacrées à cinq penseurs phénoménologues ou héritiers de la tradition phénoménologique : Husserl, Heidegger, Levinas, Patočka et Merleau-Ponty. Chacune de ces figures sera l’occasion de nous pencher sur une ou deux notions précises, liées à l’élaboration de la déconstruction : voix et écriture (Husserl), langage et technique (Heidegger), violence et altérité (Levinas), l’Europe et la responsabilité (Patočka), le corps et le monde (Merleau-Ponty).

C’est donc le statut de Derrida en tant que lecteur fidèle et infidèle, en tant qu’héritier paradoxal des principes phénoménologiques qui nous intéressera particulièrement. Cette double problématique (lecture et héritage) constituera le fil rouge de notre séminaire.

Théorie critique des médias. 1.

Enseignant : Benedetta Zaccarello (CNRS / CEFRES)
Institution : EKS Department, FHS UK
Horaires & lieu : Mardis 11-12h20, 3e étage, José Martího 31, Prague 6 – Veleslavín
Langue : anglais

Syllabus
Throughout a close reading of some texts of Walter Benjamin, Max Horkheimer and Theodor Adorno, the course aims to understand the contemporary use of mass media as the result of an historical process of evolution in our approaches to creativity and communication. Constantly reshaped by the forms of our social living and influenced by different kinds of power and authority, the idea of technique is understood through this course in its relation to knowledge, art, freedom and power. Students will be guided through an understanding of how technology influences our representation of the world, the ways in which we perceive our own experience, and the set of forms and signs we use to communicate.

Themes of the sessions
1. W. Benjamin, introduction to his life and work.
2. The essay on work of art, historical situation and theoretical novelty.
3. The concept of aura and its decay.
4. New forms of art, cinema as the non-auratic mode of art.
5. Adorno and Horkeimer: historical introduction to the Frankfurt School.
6. History, dialectics, culture.
7. Dialectic of enlightenment: the concept of enlightenment.
8. Enlightenment and technique.
9. Myth versus science: roots of our aim to domination.
10. From dictatorships to mass persuasion.
11. The cultural industry as our reflection.
12. Strategies of persuasion in cultural industry.